×
Connexion à l'espace compte-rendu :
Pas encore membre ? Inscrivez-vous ici
Accueil > Menu par thèmes > Psychopérinatalité

Psychologie et périnatalité

Parce que la grossesse ce n'est pas toujours si simple, vous trouverez dans les onglets ci-dessous des renseignements sur l'accompagnement, le soutien, et la prise en charge de situations particulières. Consulter également les pages Prévention et Vulnérabilité

 

Structures

Deuil

Dépression postnatale

Accouchement ss secret

Autres situations


STRUCTURES DE PRISE EN CHARGE

statue bb sein 3Savoie :

  • Chambéry : Unité de psychopathologie périnatale (UPPN) propose des accompagnements en ambulatoire, et un accueil de jour – Plaquette
  • Brison Saint-InnocentLa Buissonnière, un lieu de soin et d’hébergement – plaquette

Haute-Savoie :

  • Sallanches : Antenne Médico-Psychologique de Périnatalité intervient en maternité, en pédiatrie et en ambulatoire – Plaquette
  • Annecy : Unité de périnatalité « Le Cocon » – plaquette

DEUIL PÉRINATAL

ballonsAssociation partenaire du RP2S :  Nos Tout-Petits de Savoie

Autres associations :


LA DÉPRESSION POSTNATALE ou DÉPRESSION DU POSTPARTUM

  • Qu’est-ce que c’est ?

C’est une dépression qui survient dans l’année après un accouchement avec deux grands pics, l’un vers 2-4 mois , l’autre vers 6 mois après la naissance d’un ou des enfants. Elle touche environ 20% des femmes en France soit environ 100 000 femmes par an. Les symptômes dépressifs perturbent les activités de la vie quotidienne, durent plus de 2 semaines et altèrent à la fois la santé de la mère et celle de son ou ses enfants. L’origine exacte de la dépression du postpartum est encore inconnue et toutes les femmes peuvent être concernées.

Au contraire, le baby blues est un état psychologique (émotions contradictoires, irritabilité, anxiété) très fréquent (80% des femmes), normal (crise identitaire; passage dans le devenir mère), très transitoire (2 à 3 jours le plus souvent; 15 jours au maximum), qui survient 2 à 15 jours après l’accouchements,  et qui est lié à la chute brutale des hormones.

10% des pères ou co-parents en France (soit 75 000 personnes par an) souffrent aussi d’une dépression postnatale et ce d’autant plus que leur compagne elle-même est déprimée.

  • Qu’est-ce qui doit vous alerter ?
    • Une extrême tristesse, des pleurs incontrôlables
    • Un épuisement permanent, des troubles du sommeil (dormir trop ou pas assez)
    • Un sentiment d’irritabilité et/ou de colère
    • Une perte d’appétit ou une suralimentation
    • Un désintérêt pour les activités habituellement plaisantes pour vous ou un manque de plaisir durant celles-ci
    • Une grande anxiété (surtout centrée sur le bien-être de votre enfant) ou un sentiment de panique
    • Une peur de la mort, des idées suicidaires
    • Des angoisses irréalistes au sujet du votre enfant ou au contraire, un rejet/désintérêt pour lui
    • Un sentiment d’être incapable (ou de ne plus être capable) de prendre soin de votre enfant, de ne pas être une bonne mère
    • Une difficulté à établir un lien avec votre enfant
    • Une culpabilité importante au sujet de ses sentiments
    • Un sentiment de dévalorisation
    • Un sentiment de solitude

Osez en parler c’est vous soigner, c’est prendre soin de vous et de votre enfant.

Les professionnels de santé qui vous entourent sont là pour vous écouter. Des solutions existent pour vous accompagner.

L’association Maman Blues offre un soutien, une écoute et des conseils dans le cadre de la difficulté maternelle grâce à :


ACCOUCHEMENT SOUS LE SECRET

La loi réaffirme la possibilité pour une femme d’accoucher dans le secret de son identité et de bénéficier de la sécurité, des soins et de l’accompagnement approprié si elle le souhaite.

Une Instruction publiée en avril 2016 précise les bonnes pratiques pour accompagner les femmes accouchant dans le secret. Informations pour les usagers sur le site service-public.fr. « Vous allez accoucher » : documents d’information pour les femmes en plusieurs langues.

La loi renforce les possibilités d’information laissées pour l’enfant :

  • possibilité de lever le secret de l’identité à tout moment, comme cela existait déjà ;
  • possibilité de laisser son identité sous pli fermé à l’intention de l’enfant, ce pli ne sera ouvert que si l’enfant en fait la demande et la personne pourra être contactée pour exprimer sa volonté ;
  • possibilité de laisser des renseignements non-identifiants qui permettront de comprendre les circonstances ;
  • possibilité de laisser son identité dans le dossier et l’enfant pourra la retrouver.

Si vous envisagez d’accoucher dans le secret, ces informations vous concernent.


Autour de la naissance par césarienne : l’association Césarine apporte échange, soutien et information

Autour de la difficulté d’être mère, le site Maman Blues (site non médical de soutien, d’écoute et de conseils dans le cadre de la difficulté maternelle)

Numéro National de Prévention du Suicide : 31 14.  Gratuit. Au bout du fil, des professionnels de la psychiatrie, disponibles sept jours sur sept, 24 heures sur 24.